Oidium

Publié le par Keloise

C'est une maladie cryptogamique.

 

Responsable :

 

Un champignon dont le nom varie selon les plantes attaquées (Sphaerotheca pannosa pour le rosier et Podosphaera leucotricha pour le pommier par exemple).

 

Dégâts apparents :

 

Feutrage blanc sur le feuillage, le pied ou les fruits.

 

Période des dégâts :

 

En été et en automne.

 

Plantes les plus sensibles :

 

Un grand nombre comme le rosier, le pommier, l'hortensia, le phlox, le cognassier, le rhododendron, la balsamine...

 

Conditions favorables :

 

Une humidité autour du feuillage et un sol sec. Les étés chauds aux rosées abondantes apportent facilement l'oïdium.

 

Traitement préventif :

 

Eviter d'éclabousser le feuillage lors de l'arrosage et paillez le sol afin de maintenir une humidité au sol.

 

Traitement biologique :

 

Purin d'ortie ou de prêle à utiliser de manière préventive en vaporisation sur le sol deux ou trois fois pendant l'automne ou l'hiver.

 

Traitement chimique :

 

Utilisation d'un fongicide à base de myclobutanil de triforine ou de soufre.

 

L'oïdium est une maladie fongique très facilement identifiable par le feutrage blanchâtre qui se développe sur ou sous les feuilles des plantes atteintes ainsi que sur les tiges. Chez le rosier les boutons floraux atteints ne se développent pas.

 

De manière plus générale les feuilles se déforment, jaunissent, se dessèchent et finissent par tomber prématurément. Lorsque les feuilles tombent au sol évitez des les laisser à terre mais ramassez-les et brûlez-les.

 

 

 

Publié dans Maladies et ravageurs

Commenter cet article