Dr House

Publié le par Keloise

  Dr_House_home.jpg

 

 

Dr House est une série télévisée américaine créée par David Shore.

 

Cette série médicale produite par Paul Attanasio, Katie Jacobs et Bryan Singer a pour personnage central le docteur Gregory House, basé sur celui de Sherlock Holmes. House, à la tête du département de diagnostic de l'hôpital fictif Princeton Plainsboro, est chargé à chaque épisode, avec l'aide de son équipe, de résoudre un mystère médical posé par la santé d'un patient. Sa patronne, administratrice de l'hôpital et doyenne de la faculté, le docteur Lisa Cuddy, tente par ailleurs de gérer House et ses méthodes peu conventionnelles, avec l'aide du meilleur ami de celui-ci, le docteur James Wilson, chef du département d'oncologie.

 

Dr House a reçu un accueil très positif et fait encore aujourd'hui de bons scores d'audimat. Elle est diffusée dans 66 pays. Elle a reçu de nombreuses récompenses de télévision, dont les prestigieux Golden Globes et Emmy Awards.

 

SYNOPSIS

 

Le docteur Gregory House est un médecin brillant à tendance misanthrope qui dirige une équipe de "diagnosticiens" au sein de l'hôpital de Princeton Brainsboro dans le New Jersey.

 

Personnage arrogant, cynique, anticonformiste et asocial, House souffre d'une claudication provenant d'une douleur à la jambe droite due à un infarctufs consécutif à un anévrisme thrombosé qui a coupé la circulation de sa jambe. Il marche avec une canne et abuse de Vicodin, un analgésique opiacée à base de paracétamol et d'hydrocodone, pour soulager sa douleur.

 

Avec son équipe, composée des docteurs Allison Cameron, Robert Chase et Eric Foreman, il est chargé d'éclaircir des mystères médicaux lorsque d'autres médecins ont baissé les bras sans avoir pu trouver la cause ou  le traitement des symptômes que les patients présentent. Contraint de recruter une nouvelle équipe (4ème saison), House engage les docteurs Chris Taub, Remy Hadley et Lawrence Kutner, bien que son ancienne équipe continue à l'entourer.

 

Souvent en conflit avec sa patronne, administratrice de l'hôpital et doyenne de la faculté, le docteur Lisa Cuddy, il compte sur le soutien fluctuant de son meilleur et unique ami, le docteur James Wilson.

 

CONCEPTION

 

En 2004, les co-créateurs, David Shore et Paul Attanasio, ainsi que Katie Jacobs, ont présenté à la FOX une série médicale "whounit" dans le style des Experts, un "polar à l'hôpital" où les médecins enquêtent sur des symptômes et leurs causes. Attanasio dit avoir été inspiré pour créer une série médicale procédurale par l'éditorial "New York Times Magazine" intitulé "Diagnosis" et écrit par le médecin Lisa Sanders. La FOX a acheté la série mais la présidente de la chaîne d'alors, Gail Berman, a déclaré à l'équipe de création : "Je veux une série médicale mais je ne veux pas voir de blouse blanche dans le couloir."

 

La série ainsi programmée a initialement pris le titre de production de Chasing zebras, circling the drain (Zebra "zébre" est un terme d'argot médical pour un diagnostic inhabituel ou obscur tandis que Circling the drain se réfère aux cas de patients en phase terminale, la mort). Le principe original de la série était de montrer une équipe de médecins travaillant ensemble pour essayer de "diagnostiquer l'indiagnosticable." Shore a estimé qu'il était important d'avoir un personnage central intéressant qui pourrait examiner les caractéristiques personnelles des patients et diagnostiquer leurs maux par la découverte de leurs secrets et de leurs mensonges.

 

Alors que Shore et le reste de l'équipe de création explore les possibilités du personnage, le concept de la série est devenu moins une procédure de détective qu'une histoire axée sur le rôle principal. Le personnage a été nommé House qui a été ensuite adopté comme le titre de la série. Shore a ensuite développé les personnages plus en profondeur et écrit le scénario de l'épisode pilote. Shore a dit que les scénarios de plusieurs épisodes étaient basés sur les travaux de Roueche Berton, écrivain, pour 'The New Yorker" entre 1944 et 1994, qui s'est spécialisé dans les éléments inhabituels de la médecine.

 

Shore a adapté le concept du personnage titre à sa propre expérience en tant que patient dans un hôpital universitaire. Shore avait alors pris rendez-vous pour une douleur à la hanche mais, arrivé à l'hôpital, la douleur avait disparu : "je savais que, dès que j'aurai quitté la salle, ils se moqueraient de moi pour mon ignorance." J'ai pensé qu'il serait intéressant de voir un personnage qui se moquerait réellement avant que le patient ait quitté la salle." Une partie centrale du principe de la série était que le personnage principal serait en quelque sorte handicapé. A l'origine, House devait se déplacer en fauteuil roulant mais FOX a rejeté cette option. Katie Jacobs a, par la suite, exprimé sa gratitude envers la chaîne pour avoir refusé, refus qui a conduit à repenser le personnage : le mettre sur ses pieds lui a offert une présence physique cruciale. Les scénaristes ont finalement choisi de présenter House boîteux résultant d'un diagnostic erroné, ce qui l'oblige à se servir d'une casse et lui cause des douleurs ayant entraîné une dépendance aux stupéfiants. Le script original évoquait une star de 34 ans dans le rôle-titre mais Shore a déclaré qu'un médecin ressemblant à Brad Pitt n'aurait pas eu l'air convaincant.

 

CASTING

 

Dans un premier temps, les producteurs étaient à la recherche d'un "homme typiquement américain" pour jouer le rôle de House. Bryan Singer, en particulier, a estimé qu'il était hors de question qu'il fasse appel à un acteur non-américain pour le rôle. Au moment du casting, Hugh Laurie était en Namibie pour le tournage du film Le vol du phoenix. Il a envoyé à la production une vidéo d'audition tournée dans la salle de bains de son hôtel, le seul endroit où il y avait assez de lumière et s'est excusé de son apparence. Dans la vidéo, Laurie improvise un dr House s'aidant d'un parapluie pour remplacer une canne. Singer a été très impressionné par ses performances et a apprécié la façon dont "cet acteur américain était capable de saisir le personnage". Singer ne savait pas alors que Hugh Laurie était britannique grâce à son accent américain convaincant. Bien que des acteurs plus connus localement aient été considérés pour le rôle, Shore, Jacobs et Attanasio ont été aussi impressionnés que Singer par la performance de Laurie dans le rôle de House.

 

Laurie a révélé plus tard qu'il a d'abord pensé que le personnage principal était le docteur James Wilson. Il a supposé que House était un personnage secondaire en raison de sa nature et de son caractère jusqu'à ce qu'il reçoive le script complet de l'épisode pilote.

 

Robert Sean Leonard a reçu les scripts des séries Number3s (CBS) et de House (FOX). Leonard a trouvé le script de Numb3rs "plutôt cool" et avait prévu de passer une audition pour la série. Toutefois, il a décidé que le personnage pour lequel il auditionnait apparaissait dans un trop grand nombre de scènes ; plus tard, il remarque que "moins je travaille, plus je suis content." Il a estimé que son audition pour House n'a pas été particulièrement convaincante mais que sa longue amitié avec Bryan Singer a contribué à lui faire remporter le rôle de James Wilson.

 

Singer a par ailleurs rencontré Lisa Edelstein sur le tournage de la série A la Maison Blanche où elle jouait une prostituée et il lui a adressé une copie du script du pilote. Edelstein a été attirée par la qualité de l'écriture et par les "dialogues de haut vol" de son personnage avec House et a été intégrée à la distribution dans le rôle du docteur Lisa Cuddy.

 

L'agent de l'acteur australien Jesse Spencer lui a suggéré qu'il auditionne pour le rôle du docteur Robert Chase. Spencer a d'abord pensé que le programme serait similaire au style de la série Hôpital central mais a changé d'avis après avoir lu les scripts. Après avoir été auditionné, il a persuadé les producteurs de changer l'origine du personnage pour le faire devenir australien.

 

Omar Epps, qui joue le docteur Eric Foreman, a été inspiré par son interprétation antérieure d'un stagiaire dans le drame médical Urgences.

 

Jennifer Morrison a estimé que son audition pour le rôle du docteur Allison Carmeron avait été un désastre complet. Toutefois, avant son audition, Singer avait vu certaines de ses performances, y compris dans Dawson et la voulait déjà pour le rôle.

 

A la fin de la 3ème saison, House vire Chase tandis que Foreman et Cameron démissionnent. House doit alors recruter une nouvelle équipe de diagnostic pour lequel il identifie sept finalistes. Les producteurs avaient prévu à l'origine de recruter deux nouveaux acteurs à temps plein, avec Foreman qui revient dans le 5ème épisode de la 4ème saison : l'équipe aurait alors à nouveau compté trois membres. Finalement, ils ont pris la décision d'ajouter trois nouveaux acteurs réguliers. En plus de Epps, Jennifer Morrison et Jesse Spencer sont restés dans la distribution, leurs personnages ayant été réaffectés. Au cours de la 4ème saison, les scénaristes ont éliminé un candidat par épisode, de sorte que, selon Katie Jacobs, ni les producteurs ni les acteurs ne savaient qui allait être engagé jusqu'à la dernière minute. Dans le 9ème épisode de la saison, la nouvelle équipe de House est finalement révélée: Foreman est rejoint par les médecins Lawrence Kutner (Kal Penn), Chris Taub (Peter Jacobson) et Remy Hadley, alias "numéro 13" (Olivia Wilde). Les candidats éliminés par House ne reviennent pas dans la série, à l'exception de la dernière : le docteur Amber Volakis (Anne Dudek), qui réapparait jusqu'à la fin de la 4ème saison comme la petite amie de Wilson et dans la saison suivante dans une hallucination de House. Bien que Penn et Wilde aient eu un meilleur profil que les autres acteurs interprètes des autres finalistes, Jacobs a déclaré qu'ils ont passé des auditions identiques. Kutner a quitté la série à la fin de la 5ème saison, après que Kal Penn a été engagé dans le bureau des affaires intergouvernementales de la Maison Blanche après l'élection de Barack Obama en 2008.

 

TOURNAGE

 

La majeure partie de la série se déroule à l'intérieur de l'hôpital fictif de Princeton Plainsboro, le centre hospitalier universitaire de la ville de Princeton dans le New Jersey. Les prises de vues extérieures de l'hôpital fictif sont effectuées à l'université de Princeton au Frist Campus Center, le campus de l'université. Cependant, le tournage des épisodes ne se déroule pas au même endroit : il a lieu dans les studios de la FOX à Century City dans la banlieue immédiate de Los Angeles en Californie. L'épisode pilote a cependant été tourné au Canada avant le transfert de la production en Californie. Bryan Singer, réalisateur du pilote, a choisi l'hôpital de sa ville natale, West Windsor Township, New Jersey, comme site fictif de la série.

 

Certains épisodes sont tournés à l'université de Californie du sud pour l'épisode Demi-prodige.Une partie de la 6ème saison a été filmé à l'ancien hôpital psychiatrique de Greystone Park à Parsippany dans le New Jersey pour les scènes de l'hôpital psychiatrique de Mayfield.

 

A l'intérieur de l'hôpital, l'équipe de House se réunit dans son bureau où ils font les séances de diagnostic différentiel. Les autres scènes alternent entre la chambre du patient, les salles d'examen radiologiques, le bloc opératoire et le laboratoire. House se rend souvent dans le bureau de Wilson, au même étage que le sien, ainsi qu'à celui de Cuddy, au rez-de-chaussée, près de la clinique. Il passe également du temps dans le hall d'entrée, à la cafeteria ou dans la salle de repos des médecins. Quelques scènes se déroulent à la morgue, dans les vestiaires, dans les ascenseurs et sur le toit.

 

Il y a de nombreuses scènes qui se déroulent dans des lieux différents : la première partie de chaque épisode est généralement localisée à l'endroit où le futur patient commence à se sentir mal. Il y a aussi plusieurs scènes dans le parc et sur le parking de l'hôpital, dans les appartements de House, Wilson et d'autres personnages (Cuddy, Foreman, Kutner, Taub, etc.). Dans presque chaque épisode, une scène se déroule dans la maison du patient où les médecins de l'équipe de House sont chargés de trouver des renseignements médicaux pertinents sur le patient. Quelquefois, quoique plus rarement, les personnages se trouvent dans des magasins, pubs et restaurants.

 

House est souvent filmé en utilisant la technique cinématique du "walk and talk", popularisée à la télévision avec des séries telles que Hôpital St Elsewhe, Urgences ou A la Maison Blanche. Le "walk and talk" qui présente les personnages en train de marcher alors qu'ils ont une conversation implique l'utilisation de travellings. Le producteur exécutif Katie Jacobs a déclaré que la série utilisait souvent cette technique car "quand vous mettez une scène en mouvement, c'est un moyen de créer de l'urgence et de l'intensité."

 

DEMARCHE DIAGNOSTIQUE ET QUETE DE LA VERITE

 

Chaque épisode s'articule généralement autour d'un cas principal. Avant le générique, le cas principal est introduit puis House le prend en charge avec son équipe. Sur le même fonctionnement que Les experts, Dr House est construit comme une enquête policière : la recherche de la maladie et du bon traitement font l'objet d'une étude minutieuse.

 

House et son équipe partent alors sur les traces des indices qui peuvent mener à la découverte de la pathologie en devant en même temps maintenir l'état du patient stable. Les scénarios ont tendance à se concentrer plus sur les théories et méthodes peu conventionnelles de House ainsi que sur les réactions des autres personnages par rapport à celles-ci, plutôt que sur les détails complexes de la physiopathologie et des traitements, bien que de longues séquences soient consacrées à des séances de groupe de diagnostic différentiel, conduites par House.

 

Finalement, House découvre la pathologie du patient, diagnostic résultant souvent d'une intuition (peu conforme aux méthodes médicales conventionnelles) suite à une remarque faite par un autre personnage. Le diagnostic complexe et plus ou moins commun, est, dans la majorité des cas, découvert dans le dernier quart de l'épisode, avant que l'état du patient ne soit irréversible. Mais il arrive que ce soit trop tard et que le traitement n'ait pas le temps de faire effet ou que l'autopsie ne révèle le diagnostic final.

 

Dans de nombreux cas que House traite, le diagnostic est retardé par le mensonge ou la dissimulation de symptômes ou de leur histoire personnelle par les patients ou leurs proches. Ce phénomène a induit la réplique culte de House « Tout le monde ment » (Everybody Lies), et oriente ses hypothèses. Étant donné la teneur controversée de celles-ci, House a souvent des difficultés à obtenir l'autorisation de son supérieur, Lisa Cuddy, pour effectuer des actes médicaux ou mettre en place des traitements expérimentaux ou  éthiquement discutables lorsqu'il l'estime nécessaire.

 

House a un raisonnement médical décrit par certains auteurs comme reprenant des concepts philosophiques liés à la recherche de la Vérité et à la Raison. Souvent associé à Socrate, les philosophes considèrent sa démarche diagnostique appartenant aux méthodes de rationalisme empirique (ou expérimental) dans le sens où il se traitements) pour la réfuter ou la valider et finalement aboutir à la Vérité (au diagnostic final).

 

C'est dans la construction d'hypothèses que House excelle, en élaborant, sur la base de faits établis qu'il a directement observés ou non (House ne rencontre que très rarement ses patients, les symptômes étant des faits desquels il n'a pas besoin d'être le témoin direct) une idée, plus ou moins audacieuse, qui expliquerait l'ensemble des symptômes et permettrait leur traitement.

 

Cependant, bien que sa connaissance et son sens du raisonnement lui permettent de résoudre la majorité des cas médicaux qui lui sont proposés, il a besoin d'avoir face à lui)des médecins compétents dont il va réfuter les hypothèses : c'est le raisonnement dialectique (ou la méthode socratique du Dialogue et de la maïeutique). Dans l'épisode La corde sensible, House a perdu les membres de son équipe (ayant viré Chase et vu Foreman et Cameron démissionner), et tente de résoudre un cas épineux en dialoguant avec le premier venu (l'homme d'entretien de l'hôpital). À la fin de l'épisode, ayant finalement résolu le problème, Cuddy prévient House qu'il doit trouver une nouvelle équipe car, bien qu'il ait réussi à trouver le diagnostic exact, il a mis en jeu la vie du patient, chose qui ne serait sûrement pas arrivée s'il avait échangé ses idées avec des médecins. House commence alors un « casting » afin de trouver une équipe compétente, en éliminant au fur et à mesure les candidats qui ne lui conviennent pas, pour n'en retenir que trois.

 

La quête de la Vérité ne préoccupe pas House uniquement d'un point de vue professionnel. Il raisonne de la même façon dans un contexte plus personnel, n'hésitant pas à braver les conventions sociales pour faire éclater la vérité lorsqu'il s'interroge sur la vie privée des personnages qui lui sont proches.

 

ETHIQUE MEDICALE

 

La plupart des cas présentés dans les différents épisodes ont un caractère éthique, ce qui était une des bases choisie par le créateur David Shore. Cependant, certains cas abordent un aspect particulièrement grave ou polémique de la discipline. Parmi eux, on peut citer l'avortement, le prélèvement d'organes, les traitements expérimentaux, la neurochirurgie, l'euthanasie, l'acharnement thérapeutique, ainsi que des questionnements sur les informations à donner au patient et à sa famille pour la mise en place des traitements.

 

La série expose une vision du monde médical peu encline à correspondre aux standards en vigueur théoriquement dans les hôpitaux contemporains : dans Dr House, il n'y a pas ou peu d’information et de recherche de consentement des patients préalables aux actes médicaux, un non respect du secret médical, un recours à des techniques de soins expérimentales, etc.

 

REPRESENTATIONS DU MONDE MEDICAL

 

Dans la série, la représentation du médecin est plus faussée que dans un grand nombre de séries télévisée ou de films. D'après les cultural studies, les séries télévisées, Dr House y compris, « présentent un système de représentations que les récepteurs perçoivent, interprètent, assimilent et reproduisent. [...] Les séries, Dr House en particulier, éveillent notre curiosité parce qu'elles sont une opportunité — manquée ou effective — d'éducation sociale sur la réalité de la médecine». Cependant, ces représentations sociales du monde médical par le grand public sont ici bouleversées par le caractère anticonformiste, cynique et misanthrope de House.

 

En effet, il exerce une profession que l'on associe aisément avec l'empathie et qui fait référence aux héros. House n'est ni empathique ni héroïque, puisqu'il fait tout pour éviter les tâches qui lui déplaisent et qu'il n'éprouve aucune compassion pour ses patients, préférant se concentrer sur leurs symptômes, bien plus intéressants d'un point de vue scientifique.

 

Au contraire, Wilson serait plutôt philanthrope, et son approche des patients se situe à l'opposé de celle de House. Celui-ci l'utilise d'ailleurs lorsqu'il sent que le patient qu'il traite sera plus réceptif à la sensibilité de Wilson, afin de le convaincre d'accepter le traitement qu'il propose.

 

TOXICOMANIE

 

Un élément de l'intrigue important est la toxicomanie de House. En raison de sa douleur chronique à la jambe, causée par un infarctus dans son quadricep cinq ans avant la première saison, House prend un traitement analgésique (élimination de la douleur), du nom de Vicodin, et est contraint de marcher avec une canne. Le Vicodin est une association de paracétamol et d'hydrocodone, qui, comme un certain nombre de médicaments de la même classe, peuvent faire apparaître un phénomène d'accoutumance, voire de dépendance (notamment en raison de l'hydrocodone, dérivé de deux opioïdes naturels, la cod¨éine et la thébaïne). En l'occurrence, House est devenu au fil des années dépendant au Vicodin, et on observe une augmentation des quantités absorbées depuis le début de la série, qui résulte d'une diminution de l'efficacité du traitement (liée à l'accoutumance).

 

Dans le onzième épisode de la première saison, A bout de nerfs, House admet pour la première fois qu'il est accro au Vicodin, mais refuse d'y voir une raison d'arrêter de prendre ses pilules : « Oui, je suis accro... Je m'arrêterai pas... J'ai dit que j'étais accro, pas que j'avais un problème… Les pilules me permettent de faire mon boulot. Et elles soulagent ma douleur. ». À de nombreuses reprises, Cuddy et Wilson l'ont encouragé à aller en cure de désintoxication.

 

Quand il n'a pas accès au Vicodin, ou lorsqu'il vit des épisodes douloureux anormalement intenses, il lui arrive de s'auto-médiquer avec d'autres analgésiques et  narcotiques plus puissants, tels que la morphine, l'oxycodone ou la méthadone.

 

House consomme également de l'alcool,  le plus souvent hors de l'hôpital et se qualifie lui-même de « gros buveur».

 

À la fin de la saison 5, House commence à halluciner. Après l'élimination des autres diagnostiques possibles, Wilson et lui en arrivent à la conclusion que sa dépendance au Vicodin est responsable de ces nouveaux symptômes d'accoutumance et de surdosage. Après une brève phase de déni, House se fait hospitaliser à l'hôpital psychiatrique de Mayfield, pour un séjour de huit semaines durant lequel il se désintoxique.

 

Il est à noter que l'adaptation française considère erronément le médicament comme appartenant au genre féminin alors que « Vicodin » est masculin.

 

REFERENCES CULTURELLES

 

Gregory House a une culture contemporaine assez importante, en témoignent ses fréquentes citations et références aux domaines de la musique, du cinéma, de la littérature et de la télévision. Très souvent, étant donné le caractère de House, ces références sont utilisées dans un contexte cynique. Les scénaristes n'hésitent pas non plus à placer ces références dans la bouche d'autres personnages, mais de manière plus rare.

 

Au cours des saisons sont cités les Rolling Stones (« Mais comme l'a dit le grand philosophe Mick Jagger, on ne peut pas toujours avoir ce que l'on veut »), Marvin Gaye, les films Casablanca, Un après-midi de chien, les romans Moby Dick, En attendant Godot, et les séries The L WordNewport Beach, Dawson, Drôles de dames, The X-Files, 24 heures chrono, ainsi que Wikpédia.

 

D'un point de vue médical, House cite régulièrement des métaphores plus ou moins explicites pour illustrer ses hypothèses, à ses collègues ou à ses patients :

 

« La tumeur, c'est l'Afghanistan et le caillot, c'est Buffalo. Ai-je besoin d'en dire plus ?

OK, la tumeur, c'est Al-Qaeda. On entre et on nettoie tout, mais elle a déjà envoyé des Splinter Cell – une petite équipe de terroristes de bas-étage tranquillement installés dans la banlieue de Buffalo, attendant de nous tuer tous... C'était une excellente métaphore. Scannez son cerveau pour trouver ce caillot avant qu'il n'enfile sa ceinture d'explosif. » - Gregory House, Lecon d'espoir

 

RECEPTION CRITIQUE

 

House est une série médicale, qualifiée de « pas comme les autres » par certains auteurs, qui trouve sa différence des autres séries du même genre (Urgences, Grey's Anatomy, etc.) dans le fait que le « contexte hospitalier n'est qu'un prétexte pour mettre en scène la grande aventure de la recherche de la vérité ». Elle est parfois considérée comme la série la plus correcte d'un point de vue médical de tous les autres drames médicaux contemporains, en considérant les impératifs scénaristiques inhérents à un format télévisuel incompatibles avec les bases scientifiques de la médecine (par exemple, le temps nécessaire à l'obtention de résultats médicaux est raccourci).

 

De par son format et son scénario, House est souvent comparée à des séries policières comme Les experts (CSI). En effet, House et son équipe tentent de reconstituer l'évolution de la maladie comme Grissom et la sienne collectent des indices pour identifier le meurtrier. Dans les deux séries, la science (respectivement médicale et médico-légale) pose le paradoxe de l'exactitude et du divertissemen. Les scénaristes sont contraints de mélanger des cas médicaux ou criminels réels avec la fiction, si bien que certains spectateurs ne sont pas en mesure de différencier la réalité de la fiction.

 

La série a reçu de nombreuses critiques positives, surtout à ses débuts  : elle était considérée comme un point lumineux parmi le programme de la FOX, alors largement composé de télé-réalité..

 

Le "TV Guide" a écrit que la série était un « traitement inhabituel pour les drames médicaux habituels ». House a aussi été qualifiée de « gros calibre pour les performances d'acteurs et le script» ("New York Daily New") ; de la « plus méchante comédie noire de la FOX depuis la courte série Profit en 1996»  ; de série « série médicale la plus satisfaisante et basique » ("New York Magazine). À l'opposé, "Variety" l'a qualifié de série « scénarisée par les chiffres, bien que brillamment emballée», et le "San Francisco Chronicle" l'a décrite « médiocre » et « non-originale".

 

En général, la réaction au personnage de Gregory House a été favorable. Le "Washington Post" l'a qualifié de « personnage principal le plus électrifiant à la télévision depuis des années », quand le ¨"Pittsburgh Post-Gazette" l'a trouvé « fabuleusement antipathique».

 

CENSURE

 

TF1, qui diffuse la série en France depuis le 28 février 2007, a été accusée à plusieurs reprises de censure. En effet, la chaîne n'a pas diffusé certains épisodes (au total sept de la saison 1, notamment les deux premiers de la saison 1), jugeant House trop antipathique pour plaire aux téléspectateurs français.

 

Pourtant, la série, malgré sa programmation tardive (en deuxième partie de soirée), enregistre de très bonnes audiences ce qui a conduit TF1 à diffuser la série en première partie de soirée. Les épisodes initialement retirés lors de la première diffusion de la saison ont été diffusés après deux épisodes inédits de la saison 3 à partir du mois de mars 2008.

 

De plus, TF1a censuré des scènes de certains épisodes (épisodes 2, 12 ou 24 de la deuxième saison), les images étant jugées trop choquantes (sang, opérations, etc.). Cependant, tous les épisodes censurés à l'époque ont été diffusés en seconde partie de soirée à partir de la fin août 2009, plus précisément lors de la rediffusion de l'intégralité de la série. Toutefois l'adaptation française censure toujours certains dialogues en remplaçant certaines phrases polémiques par d'autres plus consensuelles. La version française de TF1 a également été mise en cause pour des propos antisémites, absents de la version originale.

 

DISTINCTIONS


Dr House a reçu de nombreuses récompenses et nominations aux distinctions de la télévision. La série a notamment remporté un Peabody Award en 2005 pour ce que le conseil Peabody appelé un « personnage principal peu orthodoxe et un diagnosticien misanthrope», ce qui a contribué à faire de la série « le drame médical le plus original de la décennie ». L'American Film Institute (AFI) a classé Dr House dans sa liste des 10 meilleures séries télévisées de l'année 2005.

 

La série a été nommée huit fois aux Golden Globes et en a reçu deux. Hugh Laurie a été nommé cinq années consécutives pour le Golden Globe du meilleur acteur dans une série télévisée dramatique, et l'a remporté en 2006 et à nouveau en 2007. En 2008, la série a reçu sa première nomination au Golden Globe de la meilleure série télévisée dramatique, et l'a aussi été en 2009 et 2010. Dr House a également été honorée par la Screen Actors Guild : Laurie a été nommé à cinq reprises et a remporté le Screen Actors Guild Award du meilleur acteur dans une série dramatique en 2007 et en 2009. En 2005, 2007, 2008 et 2009, Laurie a été nommé à l'Emmy du meilleur acteur dans une série dramatique.

 

La série a également été nommée à l'Emmy de la meilleure série dramatique en 2006, 2007, 2008 et 2009, mais n'a encore jamais remporté la statuette. Dans la catégorie des Creative Arts Primetime Emmys, David Shore a remporté en 2005 l'Emmy du meilleur scénario pour une série dramatique pour l'épisode Cours magistral, ainsi que le Prix Humanitas en 2006 pour la promotion de la dignité humaine. Greg Yaitanes reçut en 2008 l'Emmy du meilleur réalisateur pour une série dramatique pour sa direction de l'épisode Dans la tête de House.... En 2007, la série a remporté l'Emmy du meilleur maquillage.

 

En 2005, Hugh Laurie a fait la une du "TV Guide" en tant qu'« homme le plus sexy de la télévision». En 2008, House a été élu deuxième médecin plus sexy de la télévision, derrière le Dr Doug Ross d'Urgences (interprété par George Clooney).

 

Récompenses principales

 

- Golden Globe du meilleur acteur dans une série télévisée dramatique pour Hugh Laurie en 2006 et 2007

- Screen Actors Guild Award du meilleur acteur dans une série dramatique pour Hugh Laurie en 2007 et 2009

- Teen Choice Award du meilleur acteur dans une série dramatique pour Hugh Laurie en 2007

- People's Choice Award de la meilleure série dramatique en 2008

- Emmy du meilleur scénario pour une série dramatique pour l'épisode Cours magistral en 2005

- Emmy du meilleur réalisateur pour une série dramatique pour l'épisode Dans la tête de House... en 2008

- Writers Guild of America Award du meilleur scénario d'une série dramatique pour l'épisode Leçon d'espoir en 2006

 

IMPACT SOCIAL : LE PHENOMENE HOUSE

 

Houseisms

 

Le terme anglophone Houseism (ou House-ism) est un néologisme issu de l'ajout au nom propre "House" du suffixe « -ism" isme en français), utilisé pour former un nom correspondant une doctrine, une théorie. Ainsi est obtenu le terme Houseism, dont la signification serait à rapprocher d'un état psychique particulier à House, qui, lors de ses nombreuses interventions orales, commente la situation à sa manière.

 

La plupart du temps ironiques ou cyniques, les Houseisms peuvent avoir un caractère moqueur, à connotation sexuelle, raciste, sexiste, antireligieux, etc. Cependant, ces répliques sont rarement méchantes, même si elles peuvent être prises comme telles par certains personnages peu habitués à la personnalité du Dr House, en particulier les patients. Elles sont construites sur les jeux de mots, des traits d'esprit, ou des remarques plus ou moins stylisées. Ses employés, Cuddy et Wilson sont les plus visées par ces répliques, qui concernent généralement leur apparence physique (nombreuses répliques sur la poitrine de Cuddy, sur les origines afro-américaines de Foreman, sur les cheveux de Chase, etc.) ou leur vie personnelle (moqueries répétées sur les sentiments de Cameron à son égard, sur les problèmes conjugaux de Taub, sur la bisexualité de Thirteen, etc.).

 

Les répliques, citations et réparties de House sont indexées par les fans de la série et le site officiel de FOX propose pour chaque épisode une liste des Houseisms.

 

Certaines répliques sont devenues gags récurrents au cours de la série :

 

"Tout le monde ment"

 

Cette phrase apparaît dès le premier épisode de la première saison], et elle est prononcée régulièrement, soit par House, pour mettre en doute les affirmations des patients, soit par un autre personnage de l'équipe, de façon ironique ou parodique.

 

"Ce n'est jamais un lupus"

 

Un lupus est une maladie systémique liée à une atteinte des tissus conjonctifs, formant sur le visage un masque de loup(Lupus signifie loup en latin). House et son équipe envisagent souvent cette hypothèse lors des diagnostics différentiels et il s'avère que ce n'est jamais un lupus. Dans l'épisode Les dessous des cartes), House diagnostique finalement un lupus et triomphe en disant « J'ai enfin eu mon lupus ! ».

 

Shipping

 

Le terme shipping est aussi un néologisme anglophone issu du mot relationship (« relation »), que l'on retrouve en particulier dans le domaine de la fiction télévisée ou cinématographique. Il concerne l'implication émotionnelle ou intellectuelle des fans envers le développement d'une relation plus ou moins romantique entre des personnages de fiction. On retrouve ce phénomène en particulier sur Internet, dans les forumset sites de fans.

 

En raison du succès de la série, de la variété des personnages et des relations diverses qui se construisent au cours de la série, un grand nombre de fandoms, composés de fans du monde entier, ont développé une sous-culture autour de l'univers de la série.

 

Ainsi sont nés différents groupes (shippers ou friendshippers) partisans de tel ou tel couple de personnages, tous définis par l'acronyme OTP (one true pairing, signifiant « un seul vrai couple »). Les noms par lesquels ils s'identifient sont des jeux de mots, sont basés sur les noms des deux personnages concernés (« Chameron », pour Chase et Cameron) ou des références à des moments importants vécus par le « couple » (Tuesday pour le mardi de la rencontre). Les relations ne sont pas forcément des relations romantiques, mais peuvent faire intervenir l'amitié (« Hilson » pour House et Wilson) ou la haine (« Hitter » pour House et Tritter).

 

QUELQUES HOUSEISMS

 

- House : T'as vu ça ? Ils me prennent tous pour un malade à cause de ma canne !

- Wilson : Tu n'as qu'à mettre une blouse.

- House : Je ne veux pas avoir l'air d'un toubib.

- Wilson : Tu vois ce que cette attitude peut avoir de gênant pour l'administration ?

- House : Les gens ne veulent pas d'un médecin malade !

- Wilson : Je comprends ça, moi, je ne veux pas de patients en bonne santé !

 

- Cuddy : Si je ne vous vire pas c'est parce que votre réputation est une valeur ajoutée pour cet hôpital.

- House : Parfait, on est au moins d'accord sur un point, je garde mon poste.

- Cuddy : Votre réputation ne durera pas si vous ne faites pas votre travail. La consultation, c'est votre travail. Je veux que vous fassiez votre travail !

- House : Comme l'a dit le grand philosophe Mike Jagger "On ne peut pas toujours avoir ce qu'on veut."

 

- Patient : Qu'est-ce que c'est ?

- House : Des analgésiques.

- Patient : C'est pour votre jambe ?

- House : Non, c'est parce que j'adore le goût.

- House : Prenez-en un ça soulegera votre dos. Malheureusement, vous avez un problème plus grave. Votre femme a un amant.

- Patient : Quoi ?

- House : Vous êtes orange, abruti ! Passe encore que vous n'ayez pas vu, mais si elle n'a rien vu c'est qu'elle a vraiment la tête ailleurs.

 

- House : Il a une infection au cerveau.

- Cameron : Vous avez pensé au sexe ?

- House : Euh oui mais vous savez d'abord on travaille ensemble et puis en plus de ça je suis plus vieux que vous mais peut-être que ça vous plait ?

- Cameron : Je veux dire que peut-être c'est une neurosyphilis.

- House : Beau rattrapage !

 

- House : Bonjour ça va ?

- Patient : Ca va.

- House : Moi aussi ça va. Je finis une heure plus tôt aujourd'hui, vous savez pourquoi ? Parce que j'ai léché le cul de ma patronne. Vous avez déjà fait ça ? Je crois qu'elle a juste dit oui pour m'encourager à recommencer, elle veut que je léche un maximum de cul, y compris le vôtre. Qu'est-ce que vous préférez ? Un médecin qui vous tient la main en vous laissant mourir ou un médecin qui vous ignore en vous guérissant ? Evidemment, le pire de toute, ce serait un médecin qui vous ignore en vous laissant mourir !

 

- House : Vous m'avez reproché de penser que j'avais toujours raison. Et je me suis rendu compte que vous aviez raison. Enfin, je pense. Mais va savoir si j'ai raison.

 

- House : Première pièce à conviction, la petite Artigue, née à terme, âgée de 42 heures, s'est mise à convulser il y a 36 heures, transférée aux soins intensifs, diagnostic avancé : occlusion du grêle.

- Wilson : Je suis fasciné de te voir rendre visite à un patient.

- House : Oh ! Je les supporte plus dès qu'ils ont des dents.

 

- House : Et voilà, c'est pour ça que je me ruine pas chez le psy. Chaque jour, vous me donnez des éclairages fabuleux gratuitement.

- Cuddy : Chez le psy ? Si vous décidez d'aller consulter un psy, je serai prête à vous le payer à vie. L'hôpital organisera une vente de gâtea s'il le faut !

 

- House : Tu crois que je suis dingue ?

- Wilson : Oui c'est sûr, mais c'est pas ça le problème !

 

- Cuddy : Il vous faut votre dose, vous êtes un drogué. Vous en êtes à quoi, 80 mg par jour ?

- House : Non, non, c'est beaucoup trop, la modération, il n'y a que ça de vrai, sauf si on a mal.

- Cuddy : C'est le double de ce que vous preniez quand je vous ai embauché !

- House : Parce que vous êtes deux fois plus enquiquinante !

- Cuddy : Je peux pas toujours être là pour vous protéger. Vous savez, les patients en parlent, les médecins aussi.

- House : De quoi ? Des kilos que vous avez pris dans les fesses ? J'en parle pas moi, ou alors en bien.

 

- La femme de Hank Wiggen : Vous vivez seul ?

- House : Vous écrivez un bouquin ?

- La femme de Hank Wiggen : Je connaissais la réponse, je posais la question par politesse. Vous avez une pancarte "défense d'entrer" collée sur le front !

- House : Tout s'explique ! Je leur avais pourtant dit de la mettre sur la porte...

 

- House : Il me faut un avocat.

- Vogler : Qui avez-vous tué ?

- House : Personne. Mais il n'est que onze heures.

 

- Cuddy : Dans mon bureau !!!!!

- House à une femme à l'accueil : Les joies de l'après-midi. Elle adore le contact du bois.

 

- Cuddy : Vu l'état du sénateur avec une biopsie il risque une septicémie et la mort.

- House : Oh ! Vous êtes dure avec moi, maintenant si je le tue, je pourrais pas dire que les risques m'avaient échappés !

 

- La patiente : C'est au sommet du crâne que j'ai mal... (Elle pose les doigts sur sa tête).

- House : Humm... Oui, on a passé une semaine sur le sommet du crâne en anatomie et je vois à peu près où c'est !

 

- Wilson : House, ici Dieu !

- House : Ecoutez, je suis pas vraiment disponible là. On est pas censé discuter dans ce truc-là ! Vous auriez un créneau jeudi ?

- Wilson : Je vérifie. Zut, j'ai un fléau à balancer ! Vendredi ?

- House : Il faudra voir ça avec Cameron.

- Wilson : Jésus Marie Joseph ! Elle veut toujours savoir pourquoi j'ai inventé le malheur. Comme si j'avais une réponse inédite pour elle !

(Cuddy entre)

- Cuddy : HOUSE !

- House : Vite Dieu, foudroie la méchante sorcière !

- Cuddy : Avez-vous omis de signaler que votre patiente a été abusée sexuellement par son père ?

- House : Seigneur, pourquoi m'as-tu abandonné ?

 

- House : Dieu parle à ce jeune homme ?

- Chase : C'est pas une psychose. C'est quelqu'un de religieux. Le seul problème qu'il ait, apparemment, c'est une baisse du sodium...

- House : Non. Si vous parlez à Dieu, vous êtes religieux. Si c'est Dieu qui vous parle, ça craint !

 

- House : Et je veux l'historique du jeune homme : a-t-il pris des médocs ? Des substances planantes ? D'ailleurs je vais m'en charger...

- Chase : Vous allez... parler à un patient ?

- House : Ben, si Dieu s'en donne la peine, disons que je peux quand même faire un petit effort, hein...

 

- Cuddy : Hého ! Hého ! Héhooo ! Mauvaise nouvelle pour vous : elle ne vous aime pas !

- House : Vous êtes laide quand vous êtes jalouse !

- Cuddy : Elle a sonné chez moi hier soir... Elle m'a fait des avances !

- House : Oh ! Elle est encore plus parfaite que j' croyais !

- Cuddy : House ! Elle est dingue...

- House : Vous dites "dingue", je dis "sans a priori"

- Cuddy : Elle coucherait avec un invertébré  !

- House : Oh ! Vous charriez ! Vous n'êtes pas si mal !

 

- House : Bonjour !

- Cuddy : Mais d'où vous venez comme ça ?

- House : Du singe, si on en croit les démocrates !

 

- Cuddy : Le salon des médecins est couvert de boue.

- House : Ca a chauffé entre n° 13 et l'abominable garce. Y avait plus de yaourt à la cafet alors...

- Cuddy : J'ai vu des pioches aussi. Vous leur avez demandé d'exhumer un corps ou vous construisez une voie ferrée ?

- House : Rien qu'un tout petit bout de cerveau. Pourquoi s'en priver ? Il s'en servait plus !

 

- House : Inspecteur Gadget !

- Wilson : C'est pas vrai ? T'es vraiment à la CIA ?

- House : Oh oui ! Il faut que tu viennes, ils ont un satellite qui est braqué sur le vagin de Cuddy, je leur ai dit que les risques d'invasion sont quasiment nuls, mais...

 

- Cuddy : Vous croyez que j'aime les caméras ? Vous croyez que j'ai envie que le monde entier vous voie examiner mes fesses et critiquer ma garde-robe ?

- House : Vous préféreriez que j'examine votre garde-robe et que je critique vos fesses ?

- Cuddy : Une minuscule partie de moi...

- House : Vous n'en avez aucune de minuscule !

 

- Cuddy : Où allez-vous ?

- House : Faire ce que je fais toujours dans ces cas-là : soigner mon patient même s'il veut pas.

 

- House : Si tout le monde ment, y a une raison : ça marche !

 

- Cuddy : Vous me devez 50 $ !

- House : Votre décolleté de vaut pas cela aujourd'hui !

 

 

 

 

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article